Sélectionner une page

Catherine de Médicis

Description Historique

Originaire de Florence, Catherine de Médicis est l’épouse d’Henri II et mère des rois successifs François II, Charles IX et Henri III. Au décès de François II, elle devient régente alors que Charles IX est encore mineur. Même si elle est profondément catholique, elle mène tout au long de sa vie une politique de conciliation entre Catholiques et Protestants, notamment en signant la Paix de Saint-Germain-en-Laye en 1570 et en mariant sa fille Marguerite de Valois au protestant Henri de Navarre. Si l’histoire a longtemps perpétué la légende de la “Reine noire”, l’accusant d’être l’une des grandes responsables du massacre de la Saint-Barthélemy, les historiens lui redonnent aujourd’hui sa place de médiatrice dans le conflit politico-religieux du XVIe siècle.

Point de vue de Chénier

“Catherine de Médicis n’a d’autre passion que de tromper et de commander. Toujours calme, toujours inébranlable dans ses desseins, les moyens lui sont indifférents pourvu qu’elle réussisse. Artificieuse par caractère et par système, elle sait justifier sa conduite d’après les principes du machiavélisme ; principes affreux, qu’elle développe de manière à séduire aisément un esprit faible ; principes, d’ailleurs, presque universellement adoptés dans ces temps où la véritable politique était encore inconnue. Catherine de Médicis gouverne son fils ; mais, à son tour, elle est gouvernée pas les Guises.” (Chénier, Charles IX, “Discours préliminaire”)

Profil émotionnel

Le personnage dans la pièce

Quel est son objectif ?

Médicis cherche à soustraire son fils, Charles IX, à l’influence de Coligny, en le poussant à faire assassiner le haut dignitaire protestant. Son objectif est principalement de sécuriser le pouvoir de Charles IX, sur lequel elle aurait la mainmise, afin de garantir l’ordre et la paix dans le royaume. Or, selon elle, qui suit les principes de Machiavel, cette paix ne s’obtient que si le roi est craint par le peuple. Afin que Charles IX inspire cette crainte, la reine le pousse à éliminer tous les protestants proches du pouvoir.

Atteint-il son objectif ?

Catherine de Médicis atteint son objectif et réussit à convaincre Charles IX de faire tuer Coligny, après de nombreuses discussions pour l’influencer. Elle s’adresse à Charles IX en tant que mère aimante pour s’attirer sa confiance, lance de fausses rumeurs contre Coligny pour soutenir ses accusations, tout en protégeant Henri de Navarre, dont elle ne veut pas la mort. La pièce est ponctuée par les moments où elle ruse pour convaincre Charles IX de faire exécuter Coligny, qui est assassiné à la fin de la pièce.