Sélectionner une page

Description Historique

Charles IX (1550-1574), fils d’Henri II et de Catherine de Médicis, est roi de France de 1560 à 1574. Sous son règne, le royaume est déchiré par les guerres de religion, malgré la politique de conciliation menée par Catherine de Médicis. Ainsi, le 22 août 1572, quelques jours après le mariage de Marguerite de Valois et de Henri de Navarre, et alors que tous les chefs protestants sont à Paris, a lieu un attentat contre le chef du parti des huguenots, Gaspard de Coligny. Charles IX décide alors, probablement très influencé par sa mère Catherine de Médicis et ses conseillers, l’élimination des chefs protestants, à l’exception de quelques-uns, dont Henri de Navarre. Cette élimination groupée débouche sur le massacre de la Saint-Barthélemy, qui s’étend à tout le royaume de France. On a longtemps pensé que le massacre avait été prémédité et provoqué par Charles IX, mais une responsabilité collective du roi, de ses conseillers, de sa mère et de son frère Henri, duc d’Anjou, paraît plus probable. C’est en tout cas ce que choisit de représenter Chénier, qui montre un Charles IX très influençable, doutant en permanence de ses proches et ne parvenant pas à déceler le mensonge ou à s’affirmer. Dans la pièce, Charles IX incarne la figure du mauvais roi, faible, indécis et jouet des courtisans ; le comédien Saint-Fal refusa de prendre le rôle et c’est le jeune Talma qui lança sa carrière en incarnant avec brio cette figure controversée.

Point de vue de Chénier

“Charles IX, assiégé, flatté, corrompu sans cesse et par sa mère et par les Guises, flotte dans une irrésolution perpétuelle. Il est très faible, et par conséquent très facile à émouvoir. On voit cependant que tous ses penchants sont vicieux. Il est jaloux de son frère le duc d’Anjou : le sang ne l’épouvante pas, le parjure encore moins. Ce n’est pas un roi faiblement vertueux ; c’est un méchant sans énergie.” (Chénier, Charles IX, “Discours préliminaire”)

Profil émotionnel

Le personnage dans la pièce

Quel est son objectif ?

Charles IX a pour objectif d’apaiser les troubles religieux qui agitent son royaume. Il essaie également de conserver son pouvoir, tout en conciliant ses différentes amitiés avec ses proches protestants et catholiques. Il cherche à montrer à la cour, mais surtout à sa mère Catherine de Médicis, qu’il peut-être aussi vaillant et courageux que son frère le duc d’Anjou.

Atteint-il son objectif ?

Charles IX ne parvient pas à mettre fin aux conflits religieux en France, et même, sous l’influence de Catherine de Médicis et des Guise, finit par ordonner la mise à mort des nobles protestants, qui débouche sur le massacre de la Saint-Barthélemy. A la fin de la pièce, il regagne cependant en dignité, alors qu’il réalise par lui-même l’ampleur de l’horreur qu’il a commise.