Sélectionner une page

Description Historique

Né en 1550, Henri de Guise appartient à la puissante famille des Lorraine-Guise, qui a pris la tête du parti ultra catholique pendant les guerres de religion. Coligny est doublement son ennemi : parce qu’il est chef du parti protestant et parce qu’on le soupçonne d’avoir commandité l’assassinat de François de Guise, père d’Henri de Guise. À la mort de son père, il est placé sous la tutelle de son oncle Charles, cardinal de Lorraine. Il combat aux côtés d’Henri d’Anjou, frère cadet du roi Charles IX et espère se marier avec Marguerite de Valois, princesse de France, leur sœur. Il est donc aussi le rival d’Henri de Navarre, qui épouse Marguerite le 18 août 1572. Il est probablement à l’origine de l’attentat contre Coligny, le 22 août et prend activement part au massacre de la nuit de la Saint-Barthélemy le 24 août.

Point de vue de Chénier

“On doit remarquer dans le duc de Guise et dans le cardinal de Lorraine son oncle, un même esprit d’orgeuil et d’audace, mais diversement modifié, selon la différence de leur âge et de leur état. Le duc de Guise a toute l’énergie d’un jeune ambitieux. On sent qu’il a de la peine à tromper ; et tandis qu’il parle au nom de la France et du bien public, souvent il laisse entrevoir son désir de vengeance et ses vues particulières.” (Chénier, Charles IX, “Discours préliminaire”)

Profil émotionnel

Le personnage dans la pièce

Quel est son objectif ?

N’ ayant pu se marier avec la princesse Marguerite de Valois, et afin d’affirmer son pouvoir, le duc souhaite, avec le soutien de son oncle le cardinal de Lorraine, venger son père et déstabiliser le pouvoir de Charles IX. Il espère que, sans le soutien des protestants de sa cour, le roi se retrouve isolé et dépende du clan des catholiques.

Atteint-il son objectif ?

Avec son oncle, le duc influence la Reine-mère Catherine de Médicis et accuse faussement l’amiral de Coligny de comploter contre le roi. Charles IX, convaincu par sa mère, finit par croire à ce complot et accepte le massacre des Protestants. Dans la pièce, Guise sort de scène à l’acte IV pour se rendre chez Coligny afin de l’assassiner.